Ihr Lieben,

am 1. Mai, kommt „Das Scheißleben meines Vaters, das Scheißleben meiner Mutter und meine eigene Scheißjugend“ in Frankreich heraus, unter dem nicht weniger hübschen Titel: « La vie de merde de mon père, la vie de merde de ma mère et ma jeunesse de merde à moi ». Übersetzt ins Französische hat es Matthieu Dumont. Der sehr angesehene Verlag ACTES SUD hat es veröffentlicht.

Das folgende Portrait verfasste Jean-Claude Perrier für eine französische Literaturzeitschrift. Perrier ist ein bekannter, formidabler écrivain, er war ausgesprochen gnädig mit mir, haha.

Ich danke euch, herzlich, Andreas.

+++

Un Allemand à Paris

Andreas Altmann a des faux airs de Stephan Eicher, avec ses cheveux un peu fous et son blouson de cuir. Impression renforcée, même s’il parle parfaitement notre langue, par son petit accent germanique. On ne le lui fera pas remarquer, bien sûr. Son livre lu, et dès l’abord, on sent que tout ce qui touche à l’Allemagne, c’est-à-dire à son enfance, est un sujet sensible, une plaie à vif qui ne se refermera jamais, et dont le livre qui paraît aujourd’hui en France, avec son titre provocateur, d’origine, tente de constituer la catharsis. « Je suis né dans un village de vieux nazis frustrés et de curetons bigots, qui aimaient soit sexuellement harceler soit tabasser les enfants ».

Son père, Franz Xaver, avait adhéré au NSDAP, le premier parti hitlérien, avait appartenu aux SA puis aux SS, sous l’uniforme desquels il a fait la guerre, sur le front de l’Est, où il a fini lieutenant. Dans le civil, ô ironie, il était marchand de rosaires et de bondieuseries dans la très pieuse Bavière, base électorale de la CSU, ayant préféré, « alors qu’il était brillant, qu’il aurait pu devenir par exemple diplomate », selon son fils, l’argent et le confort, en reprenant la très prospère entreprise familiale. Dans le même village, il y avait aussi Spahn, l’instituteur, ex-NSDAP lui aussi, « une brute sadique », et « Strohammer, l’aumônier pédophile », dont il a subi les sévices. « Mon père n’était pas franchement nazi, tempère Altmann, mais la guerre l’a brisé, même s’il n’en parlait jamais, et il a reporté sa haine, son désespoir, sur sa propre famille ». Sa femme, trop faible pour s’opposer à lui et protéger les siens, qu’il finira par chasser de la maison pour la remplacer par une vraie mégère, et ses enfants, surtout le jeune Andreas, le souffre-douleur, l’esclave.

Cette « Scheissleben », cette « vie de merde », il avait décidé de la raconter il y a trente ans déjà, dans un camp de Palestiniens à Ramallah, où il se trouvait en reportage. Dans les années 90, il était reporter free-lance pour la grande presse allemande, Geo, Stern, Frankfurter Allgemeine, Die Zeit, Focus, Playboy, Merian et cetera et ça marchait fort pour lui : il a remporté des prix, gagné pas mal d’argent. Avant de tout arrêter, comme il avait renoncé très tôt à sa carrière d’acteur, malgré ses études et son diplôme du Mozarteum à Salzbourg.

Andreas Altmann est un homme entier, qui ne craint pas les ruptures radicales. Il a quitté son « foyer » à 18 ans, s’est installé définitivement en France en 1992, a cessé le journalisme en 1997 pour se consacrer à l’écriture. Une vingtaine de livres, jusqu’à présent, dans des genres différents, notamment des reportages. Et cette Scheißleben, paru en Allemagne en 2011 chez Piper Verlag, son principal éditeur: un sacré scandale, et 150 000 exemplaires vendus. « En Allemagne, dit-il, où je retourne faire la promotion de mes livres, on m’adore ou on me déteste ».

On verra si ce texte, à la fois dur, cru et bouleversant, déchaîne ici les mêmes passions, dans cette France qu’il admire, « comme une très belle femme dont il faut comprendre les règles ». Vivre à Paris, pour lui, c’est sa « revanche ». Quant à son prochain livre, ce sera un recueil de ses reportages, réécrits, intitulé Vivre de tous les côtés, prévu chez Piper en octobre prochain.

> Buch bestellen